WASHINGTON (Reuters) – Travailler selon des horaires variables et décalés entraîne un risque plus élevé de cancer, selon une étude de l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer.